Historique

NO RULES VICTORY […] Il ne fait aujourd’hui plus aucun doute que cette association de joueurs de la fin du XXe siècle possède un passé moins mythique qu’on veut l’entendre actuellement. Si ses débuts nous demeurent toujours obscurs, son statut actuel n’est un mystère pour personne dans l’Union, tant elle est…

Encyclopaedia Universalia

1996-1998 : Warcraft II

Il était une fois, deuxième semestre 1996, un serveur appelé Netstadium. Ce serveur ne passait pas par Internet et permettait de jouer à des jeux DOS comme « WarCraft II » ou « Duke Nukem 3D » pour le prix d’une communication locale. Blizzard ne disposait pas encore à l’époque de serveurs Internet comme Battle.net, et il s’agissait du moyen le plus simple et le moins coûteux pour se retrouver entre mordus.

Le niveau des joueurs n’était pas encore très élevé et beaucoup d’entre eux instaurèrent des règles pour éviter que les parties ne se finissent prématurément. Ainsi, on voyait souvent au début de chaque partie quelqu’un crier : « no TA, no GA, no BA » (voir encadrés) et même parfois « No Rush 10 min ». Mais à force de jouer, de nouvelles techniques furent découvertes par les joueurs, comme le fameux Tower in Wall (voir encadré), la gestion des unités devenait aussi beaucoup plus précise.

C’est ainsi que fin 1996 (la date exacte ayant été perdue au fil des années) un certain Admiral eut l’idée de créer une guilde qui allait autoriser toutes les techniques de jeu. En effet, le niveau des joueurs ayant évolué, il était maintenant possible de contrer ces techniques. La « No Rules Victory » était née.

1998-2000 : Starcraft

La NRV grandit alors très rapidement, plus d’une trentaine de personnes s’y inscrivirent de différents niveaux, et des tournois à l’intérieur de la guilde furent organisés. C’était le premier temps fort de la guilde, on ne pouvait pas se connecter à Netstadium sans voir un membre. Le problème était qu’Admiral avait visé trop grand et parmi les joueurs, beaucoup ne passaient qu’occasionnellement. Ces joueurs oublièrent rapidement la guilde et, au fil du temps l’effectif se réduisit ; comme cela sera le cas à de nombreuses reprise dans l’histoire des No Rules.

Heureusement « StarCraft » arriva, en un premier temps on n’y voyait que quelques NRV rescapés de Netstadium mais la guilde n’avait plus de chef. M@t reprit alors la guilde en main, il regroupa les NRV disséminés et se mit à recruter. La nouvelle vague de recrutement fut plus stricte, elle concerna surtout des personnes motivées ce qui lui valut un grand succès. En effet il ne restait plus qu’une douzaine de membres actifs mais ils sont restés fidèles à la guilde jusqu’à la venue des MMO. À jouer régulièrement et en équipe, NRV est devenue rapidement redoutée pour son teamplay et le reste encore aujourd’hui (comme l’avaient prouvé les performances en PvP sous AoC ou plus récemment encore sous Warcraft III).

2000-2002 : Diablo II

Puis vint « Diablo II », une partie seulement des NRV se décida à passer sur ce jeu. Les problèmes des serveurs Battle.net en rebutèrent plus d’un et certains retournèrent sous « Brood War », mais cela n’allait pas arrêter la guilde. Comm retrouva un ancien NRV de Netstadium, Flammy, qui était passé sur Warcraft II-Battle.net, et à eux deux, ils prirent en main la section « Diablo II » de No Rules Victory. Les recrutements s’effectuèrent de manière similaire à ceux effectués sur « Brood War » pour garder un certain niveau et un esprit de groupe. Cela a permis à la NRV de dominer les parties PvP pendant cette période et de disposer de plusieurs de ses membres bien placés dans le Ladder.

Mais après la sortie de « Lord of Destruction » et la multiplication des Hacks et Dupes, le jeu perdit beaucoup de son intérêt. Comme la motivation de la guilde était le PvP et que le jeu ne permettait plus à ses membres s’adonner de façon correcte à ce divertissement, cette branche déclina petit à petit. L’arrivé du patch 1.10 attendu depuis plus d’un an réussi quand même à donner un second souffle, mais de courte durée. L’économie du jeu n’était plus aussi bien gérée que pour la version classique et tout le monde se retrouvait avec le même équipement. Cette section de la guilde a fini par vivoter jusqu’en 2004 avant de disparaître faute de joueurs.

2002-2004 : Warcraft III

Fort heureusement, entre temps, « WarCraft III » était sorti. Il permit à la NRV de retourner à ses sources et ceci dès le début de la Bêta. Un grand nombre de No Rules se lancèrent dans ce jeu et les demandes d’inscriptions devenaient importantes. Malheureusement, se croyant déjà en surnombre, la guilde recruta très peu en cette période. Or, une bonne partie des membres rebutée par le nouveau style de jeu introduit, retourna sur « Brood War ». Parallèlement à cela, une autre partie des effectifs préféra s’investir dans d’autres jeux ; une branche « Counter Strike » vit le jour pendant cette période même si elle ne dura pas longtemps. La NRV venait de rater la déferlante « WarCraft III », mais elle n’avait pas dit son dernier mot.

Avec la sortie de « Frozen Throne », cette section commença à se reconstruire. Elle s’inscrivit à la « Clan League WGT » pour refaire parler d’elle et un nouveau site (voir encadré) fut créé pour réunir les différents membres disséminés sur plusieurs logiciels de discussion, car l’arrivée des différents AOL, MSN, et autres, avait mis à mal la forte communication par ICQ des membres de la guilde lors de ses débuts.

Malgré une certaine dispersion de ses joueurs, la guilde est restée encore très active sur deux branches majeures :

– La section « Brood War » a participé plusieurs fois aux CFBW et resta un moment en « Clan League WGT ». Plus d’une trentaine de membres en firent partie dont certains en Équipe de France.

– La section Warcraft III pris un peu de recul comparé à cette dernière, et après avoir fait deux saisons en division 2 de la « Clan League WGT » s’est retirée du jeu afin de préparer son avenir.

2005-2006 : Guild Wars

Une des (deux) rares aventures à avoir été tentée par la No Rules hors des jeux de Blizzard fut celle de Guild Wars. L’histoire commence en 2005 et a pour protagoniste Hell-NRV. Quelques temps avant la sortie du jeu, en mars 2005 ce dernier rédige un article complet sur GW qui aura totalisé plus de 11 000 vues, sans nécessairement faire trop de publicité pour le recrutement à venir de cette future section. Celle-ci ouvrira une première fois lors de l’open-beta qui se tint une dizaine de jours avant la sortie officielle ; puis, le 28 mars 2005, Guild Wars était arrivé et No Rules Victory réellement crée.

Les débuts de la guilde étaient pour le moins chaotiques, sans réelle organisation, plan de recrutement et avec une communication assez réduite. Cependant, l’ouverture d’un serveur « Team Speak » pour pouvoir y inviter les joueurs qui semblaient compatibles avec les objectifs de NRV et les fruits des quelques annonces passées, permirent de recruter un dizaine de membres dès le premier mois. Bien que ceci fut suffisant pour faire des arènes (PvP à 4 joueurs), le « Hall of Heroes » et le GvG (PvP à 8 ) demandaient une organisation poussée et un nombre de joueurs connectés que la No Rules ne pouvait que très rarement fournir. Ce type de PvP, parmis les plus intéressant n’étant pas accessible à la guilde, quelques joueurs décidèrent de voguer vers de nouveaux horizons, trouvant que les choses n’allaient pas assez vite.

Bien que la NRV comptait alors une dizaine de joueurs, ce n’étaient pas les profils idéaux recherchés par le GM. En lieu et place de « hardcore gamers » du PvP, la guilde disposait de casus sympathiques, l’ambiance était excellente, mais le manque d’ambition était flagrant. Un vrai plan de recrutement commença alors, fin juin 2005 ; une campagne destinée à faire connaître la No Rules Victory fut lancée :
– Des annonces sur les forums furent passées, et ramenèrent du monde dans la guilde.
– Des vidéos de farming solo avec des techniques inédites, réalisée par Hell, lui valurent une certaine notoriété à l’époque : l’administrateur de gamershell.com lui demanda l’accord pour qu’il puisse mettre ses vidéos en ligne et on atteignit 100 000 vues avec le cumul de toutes les vidéos.

Quasiment en même temps, début juillet, NRV absorba la guilde IDX, composés d’une dizaine de membres actifs habitués à jouer ensemble. Ce fût l’occasion de commencer à faire du GvG aisni que du « Hall of Heroes » et cela permit l’élaboration des premières stratégies sérieuses.

Le recrutement continua tout au long de l’été et début août les 40 membres furent atteints. Les NRV faisaient souvent du PvP, et même si le niveau était perfectible, il était plus que correct. À la mi-août, avec l’absence du GM, en plein déménagement, les membres commencèrent à devenir inactifs, et à son retour en octobre, la guilde était proche de l’inactivité.

Malgré ses efforts pour tenter de réanimer la guilde, la motivation du début n’y était plus. Une mise à jour durant l’été avait redonné un intérêt PvE au jeu (Fournaise des lamentations) mais on ne dépassait plus les 6-7 membres actifs en soirée. Quelques semaines après, la guilde entra dans une phase de sommeil, sans plus se préoccuper réellement du recrutement.

L’arrivée de l’extension « Guild Wars Faction » en avril 2006 permit à NRV de reprendre du poil de la bête, mais comme il était devenu nécessaire d’unifier les guildes pour former de grandes alliances afin d’avoir plus d’impact sur le jeu, les membres actifs de la No Rules Victory rejoignirent une autre guilde, qui était elle-même partie prenante dans une grande coalition. Le tag NRV n’était plus alors porté que par un des comptes secondaires du GM et l’on peut dire que c’est fut alors la fin de NRV sur Guild Wars.

2004-2007 : World of Warcraft

En effet, le début de la Bêta de World of Warcraft avait redonné un objectif à la guilde et qui n’était pas des moindre. Son but ? Se lancer dans un MMORPG et s’imposer en champ de bataille par son jeu d’équipe. Le recrutement avait d’ailleurs repris à cet effet.

Dès fin 2004, plusieurs NRV dont Comm et Darsh furent les premiers de la guilde à la représenter dans ce jeu qui restera de loin le plus joué dans le temps par les No Rules Victory. NRV s’était doté d’objectifs ambitieux, aspirant à devenir une figure incontournable du serveur Archimonde, lors de la sortie du jeu en février 2004. Mais trois choses eurent raison des rêves de NRV. Tout d’abord la gestion de joueurs entre un STR et un MMO diverge énormément ; sur ces derniers les structures sont plus nombreuses et le type de joueurs différents. Cette différence dans le type de joueurs fut un élément qui conduisit à la première cassure. Si NRV se voulait jusque là une communauté de hardcore gamers visant le haut du classement, avec WoW et l’arrivée de nouveaux joueurs, une différence se fit croissante entre ceux qui voulaient/pouvaient avancer le plus vite et les autres, créant une sorte de déséquilibre. Enfin, la raison de vivre de No Rules Victory, à savoir le PvP, n’était clairement pas au rendez-vous dans « World of Warcraft ».

Tout ceci abouti le 30 avril 2005 à la première cassure que connu la Section NRV de WoW. Certains, déçus, avaient arrêté, d’autre voulant avancer plus vite rejoignirent la guilde Exode dont les effectifs étaient beaucoup plus nombreux. Le Maître de Guilde d’alors, Comm, fut de ceux-là, aussi, passa-t-il le flambeau à Darsh, le plus vieux membre des No Rules, qui pris la tête de la guilde.

Cette période fut en quelque sorte la traversée du désert pour NRV : les effectifs étaient réduits à moins d’un dizaine de joueurs, à une époque où les instances à cinq n’étaient pas encore la norme pour les niveaux 60. Il y eut des nominations d’officiers, parmi lesquels Slayeur et Orru et le recrutement de la guilde pu reprendre. Lentement, mais sûrement NRV se reconstruisait, recruta des joueurs et absorba d’autres guildes au rang desquelles « Night Hunters » ou « Hagané ».

Ces efforts furent payants, car le 27 novembre 2005, près de sept mois après l’explosion en vol du vaisseau amiral, la guilde effectuait son premier raid à Molten Core en alliance avec les Oméga. Molten Core, Onyxia, et Zul’Gurub furent farmées toutes les semaines pour arriver à de beaux succès : le 4 Janvier 2006 vit premier down d’Hakkar, le 20 Janvier la première victoire face à Onyxia, tandis que MC était sans cesse plus exploré.

Mais si la guilde a connu des hauts et des bas elle l’a parfois du à des évènements extérieurs à sa volonté. En ce premier semestre de l’année 2006 les serveurs de Blizzard étaient de plus en plus instables à cause des sureffectifs croissants : files d’attentes à n’en plus finir, crashs intempestifs, redémarrages aux pires moments des raids étaient devenu le lot quotidien des joueurs d’Archimonde. Blizzard mit en place une vague de migration vers de nouveaux serveurs destinée à soulager les royaumes d’origine, et comme à toute les guildes de l’époque, le dilemme se posa pour les No Rules. Rester sur Archimonde devenu peut-être plus stable, ou alors partir vers Ysondre, terre vierge vers laquelle tous n’iraient pas ?

La guilde fit le choix de rester, malgré des conditions de jeu de plus en plus insupportables, que la rumeur de l’époque voulut organisée afin de forcer le plus de migrations possibles. Plusieurs membres firent néanmoins le choix de migrer, pour des raisons propres, et même si la fuite ne fut pas conséquente, elle porta un coup dur à NRV qui vit s’en aller beaucoup de joueurs de valeur. Ces départs étaient d’autant plus problématiques que le manque d’effectifs était un obstacle quasi incontournable pour la section WoW. Des raids qui nécessitaient 40 personnes étaient souvent bouclés avec difficulté, ou n’atteignaient que 35 personnes (ce qui rehausse encore les performances effectuées). NRV avait aussi la réputation de servir à former et (accessoirement) équiper les futurs joueurs des grosses guildes qui viendraient grossir les rangs des hypocrites et autres ingrats qui n’avaient qu’un attachement limité à la No Rules.

À peine un mois après cet épisode douloureux la guilde connu l’évènement qui restera dans le cœur de beaucoup comme le fait marquant de l’histoire de la No Rules sous WoW-Classic : le down de Raganaros le 12 mai 2006. Pour mesurer l’ampleur de la chose il faut bien comprendre que Molten Core représentait plus de la moitié des raids effectués et qu’il prenait deux à trois soirs de raid par semaine. Six mois après avoir commencé à mettre les pieds dans le Cœur de Magma le trophée était là. Et il servirait à motiver les troupes comme jamais, malgré le manque d’effectif chronique pour raider.

Durant l’été, période creuse par excellence, une solution fut trouvée temporairement à ce problème, grâce à une alliance passée pour un mois avec la guilde Silmarils, ce qui aura permis la découverte d’AQ40. Cependant, cette aventure et la chute de Ragnaros ne devaient pas nous faire oublier cette période aigue de sous-effectifs car à cette époque la guilde tournait principalement entre les instances à 20 joueurs de ZG et d’AQ. Cette dernière fut complétée le 3 octobre 2006, permettant le début d’un nouveau cycle. Car maintenant que toutes les instances que NRV fréquentait était achevées et l’équipement suffisamment farmé il fallait passer au cran au-dessus.

Début novembre, les effectifs étaient un peu plus stables, équipés, garnis grâce à la vague de recrutement du semestre passé et les troupes étaient motivées. La guilde commença donc un mois de test au Repaire de l’Aile Noire pour essayer de découvrir le plus possible cette instance. Il y eut du bon et du moins bon : Il était rassurant de savoir que nous avions largement le potentiel, car la première semaine de novembre les deux premiers boss de l’instance tombaient sous nos coups, dont Vaelestraz, le dragon rouge surnommé « le tueur de guilde ». En contrepartie, faire des soirées de test sur un donjon inconnu demandait de l’argent (et on n’en gagnait pas facilement à l’époque), de la patience, et un minimum de sérieux. Beaucoup se sont vites découragés, et nos essais à BWL se sont arrêtés après ces deux beaux succès, faute d’effectifs.

Il restait deux mois avant la sortie de l’extension « The Bruning Crusade », et l’heure du bilan avait sonné pour NRV.

2007-2008 : The Burning Crusade

NRV devait faire les comptes de ces trois années passées sur WoW-Classic. Deux violents coups lui avaient été portés au début et vers la fin de ce cycle, mais la guilde s’en était relevée, et plus que bien. Deux problèmes restaient en germe cependant. Tout d’abord ce manque d’effectif endémique faisait que les No Rules n’alignaient que rarement 40 personnes, devant souvent préférer les instances à 20 joueurs. Ainsi NRV était privé du contenu à haut niveau car ses rangs n’étaient pas assez étoffés. Le second problème est que, comme à ses débuts, certains voulaient avancer plus vite que d’autres qui étaient là pour s’amuser et qui ne faisaient parfois aucun effort, mais cette querelle fut en partie éclipsée par les promesses qu’apportaient BC. Le passage du pallier de raid de 40 à 25 joueurs apportait la solution : NRV pourrait enfin avoir le niveau qu’elle méritait car ses effectifs ne seraient plus un problème. La voie royale était ouverte. NRV avait tenu tant bien que mal sans pouvoir avoir accès à beaucoup de contenu, mais ceci était compensé par l’ambiance fabuleuse qui régnait le soir, et où l’esprit de déconne et l’amusement faisaient que chaque raid était un pur bonheur. La No Rules avait ses tensions mais le travail des officiers les désamorçait et la guilde avançait quand même dans la joie et la bonne humeur, même si ce n’était pas aussi rapidement qu’escompté.

Le 16 janvier 2007 BC arriva. Cette soirée resta gravée dans l’esprit de beaucoup car le fait d’amener dix niveaux de plus impliquait une nouvelle chose : les joueurs pourraient progresser « concrètement », et ils le feraient ensemble. Cet objectif commun, la nouveauté, et l’avenir qui s’annonçait radieux motiva les membres.

Cependant il n’était pas aussi brillant qu’il y paraissait. Le fait que NRV n’ait commencé à nettoyer en totalité les premières instances de raid qu’au bout de cinq mois en était le témoin. Tous n’avançaient pas à la même vitesse dans le levelling pour des raisons bien évidentes : quelqu’un qui se trouve toute la journée à la maison s’investi beaucoup plus qu’une personne qui a un travail et une famille. Cette différence dans la progression de niveau avait des répercussion sur les raids, car il fallait 25 personnes de niveau 70 et avec un équipement un minimum suffisant pour faire Karazhan, donjon raid de base.

Cette instance fut sans doute le point de cristallisation de nos erreurs, et force est de reconnaître que NRV l’avait mal géré. Il y avait les accès à faire, qui retardaient beaucoup les gens, et énervait ceux qui devaient sans cesse venir aider ceux qui venaient parfois les mains dans les poches. Une fois les accès obtenus, il y eut le choix peu judicieux de faire plusieurs groupes (fixes) pour KZ ; le deal était qu’une fois le premier groupe bien stuffé il serait dispersé dans les autres pour les aider à avancer avec le profit des stratégies acquises et de leur équipement. Mais voilà ceci ne parvint qu’à susciter exaspérations, jalousies et rancoeurs. Les vieilles querelles ressurgirent et bientôt deux camps, qui n’avaient pas lieu d’être, s’affrontèrent : les « casus » et les « PGM », selon les termes de l’époque.

Bon an, mal an, KZ fut nettoyé en mai, Maulgar et Grull en juin. Une alliance d’un mois avec la guilde Exode au cours de l’été donna un coup de pouce non négligeable à l’expérience PvE HL et au stuff des membres. Après la nomination de Slayeur au rang de co-GM, avec la fin de l’alliance et malgré les vacances, NRV tomba le premier boss de SSC en août. Ce serait le dernier « first down » de la guilde en raid 25, car ce fut alors le début de la fin pour NRV telle qu’elle fut dans sa grande période.

En septembre (le 7), la guilde éclata en deux suite à cet affrontement entre les deux « camps » opposés. No Rules Victory avait explosé entre FreeDom Paradize et NRV. Ce fut une épreuve difficile pour la No Rules et ses membres : si pour certains le choix fut vite fait, pour d’autres il se révéla mortifiant d’avoir à choisir entre ceux qui était plus que de simples compagnons de jeu, mais des amis.

Les premiers succès laissèrent la place aux mêmes maux pour Freedom qui ne connu que trois mois d’activité significative. NRV quant à elle se ressaisi après ce coup dur qui l’avait frappé. Une alliance fut trouvée avec la guilde Epsylon qui avait le même esprit que le noyau dur de NRV restant. Puis un mois et demi après l’éclatement de NRV une fusion fut organisée entre les deux guildes et les bonnes volontés donnèrent naissance à « Omnia » le 16 octobre.

NRV continuait de vivre à travers Omnia, même si les choses n’étaient plus vraiment pareilles. Le tag était conservé avec soin par les rerolls, tandis qu’Omnia avançait du feu de Dieu : d’octobre à février ce furent pas moins de 14 boss tombés en 6 mois et une guilde hissée au 27e rang du serveur. Mais plusieurs arrêts de jeu, un manque de présence des officiers sur la fin entraînèrent une baisse de niveau et une démotivation qui acheva la guilde en quelques semaines.

« Freedom Paradize » était morte, « Omnia » aussi. Les NRV qui voulaient avancer étaient partis vers des cieux plus cléments, dans d’autres guildes qui leur offraient ce que la No Rules ne pouvait plus proposer. Que restait-il de tout cela et quel serait l’avenir ?

Même si elle était devenue inactive, NRV n’était pas morte, alors que certains de ses anciens membres se préparaient pour Age of Conan, d’autres, fidèles au tag, l’esprit et la mémoire de ce qu’ils avaient vécu, continuèrent à faire vivre la guilde. Ce qui restait de NRV se réorganisa pour effectuer des raids de 10 personnes, en alliance avec ceux qui restaient d’Omnia tout d’abord puis entre NRV et pick-up ensuite. Le succès grandissant de ces KZ ne se démenti pas et bientôt, certains anciens NRV revinrent avec leurs mains ou leur rerolls et la guilde recommença à raider régulièrement toutes les semaines pour arriver, finalement, au premier down de Zul’Jin le 2 septembre 2008 qui concluait sur une note joyeuse mais bien lointaine des objectifs initiaux la période de « Bruning Crusade ».